La Gueule du Loup

Jeudi 8 et vendredi 9 janvier à 14h30
Samedi 10 janvier à 20h30
Café à écrire le jeudi 8 janvier à 19h
Restitution atelier d’écriture le samedi 10 janvier à 20h15

Spectacle pour les publics jeunes à partir de 8 ans
Auteur : François Chaffin
Mise en scène : Valérie Dassonville
Musique : Sylvaine Hélary
Avec (en alternance) Olivier Comte et Serge Barbagallo
Coproduction : Théâtre du Menteur, Théâtre de Bligny, Théâtre de l’Agora – scène nationale d’Evry et de l’Essonne. Avec le soutien du festival Momix de Kingersheim, du Théâtre des 3 Vallées de Palaiseau, de la MJC Gérard Blotnikas de Chilly-Mazarin, du Théâtre Durance de Château-Arnoux, du Forum Culturel du Blanc-Mesnil. Création décembre 2009.

Sur les traces de la trilogie « Trois utopies pour un désastre », emmenée par François Chaffin et le Théâtre du Menteur depuis 2005, les thématiques de l’argent, des religions et des médias se déplacent et renaissent en une farce existentielle et effrayante pour les enfants.
S’appuyant sur la structure du récit des « Trois petits cochons », le spectacle évoquera les postures stratégiques mises en place face à la peur du loup et la tentation de chacun de fuir la réalité même de l’existence du loup.
Il y aura le cochon Blé, le cochon argent, le flambeur, le feu de paille. Le cochon qui cède au principe du plaisir immédiat. Le cochon qui consomme et se consume dans la dépense ; s’enivre et dans une fuite en avant tente de prendre « son » loup de vitesse. Le souffle le laissera sur la paille, dans un crack, une faillite symbolique.
Il y aura le cochon Bois éternel, le cochon mystique, en prières. Le cochon qui dresse la foi comme une barricade, une « planque » toute-puissante, comme une négation de « son » loup transcendée par la vie éternelle. Le souffle éteindra ses lumières et l’entraînera dans les ténèbres. Il y aura le cochon Média, reporter-animateur-présentateur, le prince du scoop et des flashs catastrophes. Il va partout où le loup souffle, cadre le monde dans le rétréci de son écran, met en scène et en direct les combats des uns et des autres, gros plans sur les dépouilles. Dans cette folle et schizophrène entreprise il ira jusqu’à filmer sa propre rencontre avec le loup, ultime sacrifice sur l’autel de la télé-réalité. Dans cette confrontation offerte, il prend conscience, réalise son humanité et dépose les armes. Il fait face au loup, face au public et arrête la caméra.

Voir aussi : galerie photo de la création ; présentation de la compagnie

Pour visiter le site de la compagnie : www.theatre-du-menteur.com/gueule-du-loup